janvier 10, 2014
Mon Top 10 métal de 2013 

image

1er ex equo Queens Of The Stone Age - Like Clockwork

www.youtube.com/watch?v=VvOOya9uSAU

Rock/Stoner

QOSTA signe encore une œuvre sublime. Plus sensible et intime que les albums précédents, il a pu en dérouter certains. Certains morceaux comme “I appear missing” me donnent des frissons à chaque écoute.

image

1er ex equo The Dillinger Escape Plan - One of us is a killer

www.youtube.com/watch?v=d-FKM3eZTO8

http://www.youtube.com/watch?v=UeBFEanVsp4

Mathcore

Là aussi cet album et très différents des précédents du DEP. One of us is a killer est toujours marqué par la schizophrénie habituelle du groupe, mais est sans doute leur plus abordable à ce jour. Le titre éponyme est parfait pour s’initier en douceur à l’univers particulier du groupe

image

3eme Cult Of Luna-Vertikal I et Vertikal II

www.youtube.com/watch?v=qkHSvwKgJQA

Postcore

Sans la charge émotionelle personelle associée aux deux précédents albums, c’est ce disque qui serait arrivé à la permière place. Cette année à pour moi été marqué par la découverte de l’univers postcore et ce CD à été ma porte d’entrée. Cet album est au métal ce que Mad Men est aux séries. On peut rester totalement insensible à la performance artistique en étant refroidi par sa lenteur et sa froideur. En revanche ceux qui s’en donnent le temps pourront savourer l’immense musicalité de cet album, ces intros de 6 minutes, ces rythmes éthérés, et sa bipolarité bien ajustée.

image

4 Kleverkrak Meir

www.youtube.com/watch?v=DbrtS8E0kpY

Black’n Roll

Il y a des concepts qu’on lit sur le papier et dont on se dit que le résultat ne peut être à la hauteur de l’annonce. Comment concilier deux genres aussi antagonistes que le black métal et le rock’N roll, et pourtant le pari est magnifiquement réussi. Le black devient dansant et le rock crispant. Ce CD évolue dans un territoire inexploré et maintient en permanence un équilibre fragile très agréable.

image

5 Deathheaven-Sunbather

www.youtube.com/watch?v=ylTY9WbMGDc

Post black

Dernière découverte de la fin de l’année ce jeune groupe US fait également le choix de l’exploration musicale en fusionnant le PostCore et le Black. La planète métal hurle au génie, à raison. Meme si cet album à des défauts de jeunesse, en matière de mixage notamment, l’œuvre mêle la violence brute à une grande sensiblité. Sans doute l’album le plus dfficile d’accès de la sélection.

image

6 Alter Bridge - Fortress

www.youtube.com/watch?v=sAYrAu-jnMY

Heavy Rock

J’ai  toujours aimé Alter Bridge et son pari de jouer du rock moderne avec un son typé métal. Sans révolutionner sa discographie cet album montre une belle continuité, avec comme toujours quelques morceaux hors de l’ordinaire.

image

7 Nine Inch Nails - Hesitation Marks

www.youtube.com/watch?v=1RN6pT3zL44

Electro/indus

Impossible de m’être objectif sur NIN. Cet album est très déroutant. C’est plus du métal, pas encore de l’électro. Reznor ne s’impose aucune contrainte et laisse libre cours à sa créativité sans se soucier de l’accueil qu’il recevra. Un album à part.

Disclaimer : le clip signé par David Lynch est assez spécial et peut provoquer des crises d’épilepsies (et des maux de têtes)

image

8 Protest the hero - Volition

www.youtube.com/watch?v=a7pvvAuj7jw

Mathcore

Pas le meilleur album du groupe mais l’écoute d’un opus de Protest the hero reste toujours un moment plaisant. Toujours le sentiment d’écouter un album complet à chaque morceau. Volontairement démonstratif sans être uniquement dans la technique musicale, c’est pour moi le plus fun des groupes de métal expérimental.

image

9 Shining - One One One

www.youtube.com/watch?v=RpyrbD-jeFs

Black/jazz

Shining à crée un genre mixant le black et le jazz et y évolue aisément. Sans sombrer dans l’expérimentation inaudible comme ce pouvait être parfois le cas sur leur précédent album, cet opus est plus abordable mais tout aussi intéressant. La démonstration est une nouvelle fois faite que le saxo se marie à merveille aux guitares saturées, et que le jazz est avant tout une démarche qui peut se transposer dans tous les univers musicaux.

image

10 The Ocean - Pelagial

www.youtube.com/watch?v=iZ83joKMyUs

Metalcore/Prog

Bon petit groupe européen qui signe un album très abouti, singulier et abordable.

juin 27, 2013
Hellfest 2013 : L’enfer dont on redemande

image

Jour 0

Arrivée à Clisson dès le jeudi en fin d’après-midi et il est déjà difficile de trouver des emplacements sur le camping, venir le veille est donc devenu indispensable pour tous ceux qui le peuvent. Après les courses réglementairesau Leclerc le plus heavy de France direction le Métal Corner, la scène du camping, où des groupes français de tous styles commencent à échauffer les oreilles des festivaliers. Même ici la prog est plutôt bien faite, malgré le fait que je n’ai pas accroché à Dancefloor Disaster et préféré aller reposer pour le vrai début des hostilités.

Jour 1

Il est 10h pour l’ouverture du site en ce 1er jour de festival et déjà la foule est importante, malgré la nuit assez agitée au camping. Direction la Valley pour assister à la prestation des frenchies de 7Weeks, et leur stoner de Limoges. J’ai adoré leur avant dernier album mais je n’ai pas eu le temps de jeter une oreille au dernier opus. Ils ont assuré le show, leur desert rock rentre dedans est toujours aussi efficace, avec cette sensation particulière dans le bas ventre que seul le stoner sait procurer. Les nouveaux titres sont bons, il me tarde de les écouter à tête reposée.

                La prog de ce vendredi sur les mainstages montre deux constantes, la mainstage 2 sera celle du thrash sous toutes ses facettes, et la Mainstage 1 marquée par le hard 80’s. Arrivée devant la Mainstage 2 pour voir les thrashos de SSS. Le live est sympa mais je ne suis pas convaincu par leur musique, trop répétitive à mon goût. Le groupe suivant Vektor est bien plus intéressant, 1ere date en Europe pour ces américains, leur thrash est énervé, moderne, et la prestation guitaristique vaut le détour. A signaler que le soliste portait un T-shirt Symphony X, autant dire qu’il a les bonnes références.

                Retour sur le site à 16h30 pour un show que rien ne me ferait louper : c’est la 1ère fois que j’assiste à un concert du sublime groupe de progcore Between the Buried and Me. C’est également mon 1er concert du fest sous la double tente Altar/Temple qui ne m’avait pas laissé de bons souvenirs l’année passée. Between the Buried and me fait partie de mes 10 groupes préférés, je connais tous leurs morceaux sur le bout des doigts (et il y a du boulot pour ça). Je n’ai pas été déçu par leur prestation, je regrette juste le sous mixage de guitariste soliste principal qui l’imitait l’immersion dans les parties calmes, jazzy du groupe. Pour le reste tout était parfait : setlist, performance vocale et scénique du chanteur, perfection de l’exécution de moreaux pourtant  parmi les plus sophistiqués que je connaisse. Je quitte l’Altar sourire aux lèvres en me disant que ces gars sont la nouvelle référence du Métal prog et qu’ils méritent une carrière a la Dream Theater.

                Arrivée au pas de course devant la Mainstage 2 où Testament a déjà commencé son show. Ce groupe mériterait sans doute plus de reconnaissance, on sait que Slayer joue en pilote automatique depuis plusieurs année et sans doute que Testament aurait davantage sa place dans le Big 4, aux côtés d’Anthrax, Megadeth et Metallica. Testament est l’un de rares groupes pionnier du thrash qui continue  faire des bons albums. La prestation est convaincante, le chanteur assure le spectacle et nous gratifie d’une très bonne performance vocale, aussi bien en clair qu’en saturé. Les morceaux sont bons, la foule chante. Tous les ingrédients d’un bon concert de thrash sont réunis. Petite inversion de dernière minute sur le planning initial et voilà que Twisted Sister déboule sur la Mainstage 1. Les albums de Twisted Sister ont mal vieillis mais le spectacle assuré par Dee Snyder est gigantesque, il est partout, énergique, haranguant la foule pendant et entre les morceaux. Ce type est un monstre de scène, on peine à croire qu’il a 58 ans. Les tubes du groupe sont repris par la foule, et on se fait engeuler pas Dee Snyder si on ne chante pas assez fort à son goût. Twisted Sister est un groupe incontournable en live. On enchaine avec Kreator, le groupe culte de teunonic thrash metal. C’est typiquement le groupe que je n’écoute pas chez moi, même si leur dernier album, Phantom Antichrist vaut le coup, mais dont la musique est plutôt bonne en live.

                Retour sur la Mainstage 2 pour Helloween, autre groupe allemand, fondateur de genre générique de power metal. J’ai jamais été un immense fan de ce groupe malgré le fait que j’apprécie pas mal de groupes se réclamant du power métal. Leur show a été quasi irréprochable.  Ma seule réserve tient à leur musique : leur style a été tellement repris que j’ai l’impression d’avoir déjà entendu tous leur morceaux ailleurs, que ce soit chez Stratovarius, Angra et consort. Du coup les morceaux me paraissent encore plus répétitifs et je me lasse assez vite du concert malgré un « Are You Metal ? » de haute volée. J’enchaine avec les anglais de Def Leppard dont c’est la première date an France depuis 17 ans. Le show prévu par le groupe prévoit de jouer intégralement le cultisme album Hysteria. Mais voilà, le show commence par une setlist classique, et je ne veux pas louper le concert de Neurosis qui commence 50 minutes plus tard. 40 minutes se passent sans que retentissent les premières notes d’Hysteria, je décide donc de me diriger vers la Valley. Arrivé à mi-chemin j’entends au loin le bend inaugural de Woman, et décide d’assister de loin aux 5 premiers morceaux de l’album, quitte à louper le début de Neurosis. La performance vocale n’était sans doute pas à la hauteur mais je dois confesser que je me suis éclaté à entendre et chanter ces morceaux légendaires. A la fin de « Pour Some Sugar on Me » c’est sans me retourner que je vais sous la Valley. La musique de Neurosis est étrange : mêlant long passages de bruits planants, et passages de chant hurlé sous des guitares lourdes comme le plomb au tempo lent. La Valley se vide un peu au fil du concert, le caractère expérimental de la musique de Neurosis n’aidant pas à captiver tout l’auditoire. La prestation scénique est minimale et l’éclairage en mode on/off, pourtant j’ai aimé ce moment a part d’headbanging lourd qui annonce la fin d’une première journée chargée.

Jour 2

                Arrivée à 11h30 sur le site du Hellfest pour deux concerts d’échauffement. On commence avec Asking Alexendria. Leur métalcore est parfait pour se mettre en oreille, la voix du chanteur est parfaite en ce matin, mais musicalement ça reste basique. On enchaîne avec Audrey Horne, du gros rock assez plaisant et direct.

                Retour au live pour Witchcraft sous la Valley, une vraie bonne surprise, c’est lourd, bien exécuté, du bon gros doom comme on l’aime. A réécouter plus tard au calme. Direction l’Altar pour The Old Dead Tree, groupe français de death disparu des écrans, qui se reforme pour une série de concerts. J’aime beaucoup ce groupe, loin des poncifs actuels sur le death, on est plus du coté d’Opeth que de Morbid Angel. La Setlist est efficace, représentative de l’atmopshère particulière du groupe.

On enchaine plus tard sous la Temple avec le groupe grec de black symphonique Rotting Christ. Leur dernier opus étant très réussi j’attentais impatiemment leur show. L’ambiance du live est assez différente de celle des CD, le son est plus compact, on est plus dans un black aéré que dans du sympho pur jus. Le public headbangue de bon coeur et semble conquis. De l’autre coté de la double tente Amorphis commence son show. Amorphis est un groupe finlandais de Death mélodique mais dont la musique est assez élognées des classiques du genre, avec plus de voix claire et une influence marquée de l’univers héroic fantazy. La performance du frontman est hallucinante sous tous les plans : il enchaine avec agilité les plans en voix claires et en voix hurlés et assure le spectacle, aidé par d’immenses dreadlocks. La setlist laisse un peu de coté l’excellent Skyforger mais les morceaux joués sont bien exécutés et convaincant. Amorphis est un groupe à suivre, mais ç’est pas nouveau.

Il est 20h30 et je frémis d’impatience en allant devant la Warzone pour la 1ere fois du fest pour assister au concert de Converge. Converge est un groupe de hardcore, connoté, injustement a mon avis, de mathcore. A chaque perdiode de ma vie de métalleux j’ai su situer la frontière entre ce que je peux prendre du plaisir à écouter et les groupes dont la violence outrepasse mes capacités d’abrobsion. Cette frontière a très largement évolué au fil des années. Je pense qu’aujoud’hui Converge est le groupe le plus violent que j’écoute, et Jane Doe sans doute l’album le plus violent que j’aie écouté. La Warzone est bondée quand commence le show de Converge. La setlist est centré sur les 3 derniers albums, plus accessibles que les précédents. L’exécution instrumentale est parfaite, les musiciens sont de vraies machines et la complexité rythmique est retranstrite à la perfection. Coté voix force est de contstater que la prestation est énergique, ça saute et ça hurle a gorge déployée. Le seul hic est cette habitude de délaissé certaines parties hurlés au profit de sorte de hurlements de cochons, pas forcément déagréables mais dont la réptétition fini par lasser un peu. J’avais déja remarqué cette tendence sur certains live, c’est dommageable mais cette musique est tellement entrainante et taillé pour l’headbanging le plus décomplexé que je ne boude pas mon plaisir. Pour la suite direction les Mainstages. Que dire de Bullet for My Valentine… Après deux albums plutot réussis le soufflé est retombé. Le chanteur s’est même coupé les cheveux et y met du gel : transgression ultime. J’aime très moyennement leur musique, il m’est donc impossible de juger de leur prestation mais j’y adhère très peu, d’autant que le lourd va commencer.

J’ai déja vu Kiss auparavant, toujours à Clisson en 2009. Cette fois çi le groupe est venu avec son impressionnante structure de scène en forme d’araignée. Kiss reste un groupe à voir pour plusieurs raisons : les morceaux sont des tubes que tout le monde connait, ils sont parfaitement exécutés, et surtout on s’en prend plein les yeux. A mon goût, seuls Alice Cooper et Rammstein, dans des registres différents, peuvent rivaliser en termes de performance visuelle. Il y a tout, lance flammes, machines a fumées, feux d’artifices. A ça s’ajoutent les classiques de Kiss : batterie volante, faux sang, tirolienne. On regrette juste le fait que gene Simmons ne s’envole plus sur God of Thunder. Pour le reste pas grand chose n’a changé depuis 2010, mais un spectacle de Kiss reste toujours un momment plaisant. Dès la fin du show le public se rue devant la Mainstage 2 pour assister au show de Korn. 1ere surprise le groupe est là, la troisième fois aura donc été la bonne. Mais au delà de cet évènement la vrai surprise c’est le retour de Korn, le vrai, celui du début des années 2000. Depuis quelques années le groupe enchaine les albums entre tièdes et mauvais, et les festivals programés à un horaire indigne de leur légende. La raison de ce déclin est la retraite mystique de Head l’un des guitaristes du groupe. Et la raison de ce come back au plus au niveau est justement le retour de Head parmi les siens. Korn is Back, 10 ans après leur dernièr bon album, et beaucoup d’entre nous semblent ne pas y croire. Pourtant dès les premiers morceaux il faut se rendre à l’évidence, tout se passe comme a la grande époque. Les guitares se répondent parfaitement, Munky démontre a chaque morceau ses talents de bruitistes, le drum’n bass de Fields est monstrueux, et surtout Jonathan Davis est dans une forme olympique. Les bruitages vocaux de Twist ont été parfaits alors que je ne le pensais plus capable de les passer. Sur Freak On The Leash il montre à nouveaux qu’il peut exécuter chaque passage de la discographie de Korn, meme les plus délirants. En clair comme en saturé Davis est chez lui et le public réagit au quart de tour. Le seul bémol du concert étaient les deux morceaux typés dubstep que le groupe s’est senti obligé de jouer et qui n’on pas franchement rencontrés de succès. C’est épuisé que je quitte le site, en ayant le sentiment d’avoir assité à la résurection d’une légende, espérons que le prochain album, attendu pour septembre, ne décoive pas nos espoirs.

Jour 3

Déja le dernièr jour de fest, plus aucune excuse pour ne pas tout donner surtout que le programme est plus qu’aléchant. Arrrivée tardive pour le concert de Mustasch, du bon grock de suède. Comme Audrey Horne la veille, le show est asssuré, la musique est parfaite pour se mettre en jambe avant une grosse journée de fest. On enchaine avec Riverside, groupe de prog polonais, qui assume complètement de nous jouer du “calme”. Le clavieriste montre du matos tout droit sorti des lives 70’s de Deep Purple, avec orgue électronique et rotor analogique. Tout est bien fait, même si le prog reste une musique de salon, le public semble réceptif a ce moment musical a part.

Direction la Temple pour Ihsahn. C’est peu dire que le dernièr album  du prodige norvégien est remarquable, sur tout les plans, déja sur le sujet, la vie de Nietsche, et sur le fond très sophistiqué, où le virtuose manie influences classiques et jazz. Ihsahn est acompagné de Leprous, groupe norvégien de prog, en guise de backing band. Ils sont très a la hauteur, notament le clavieriste qui assure également un grande partie des voix claires. Pour le reste c’est propre, entrainant, malgré le caractère expérimental de cette musique. Devant la mainstage a lieu le concert de Newsted. Jason Newsted est le bassiste emblématique de Metallica, entre Cliff Burton et Robert Trujillo. Désormais en solo il joue un métal assez conventionel et sans surprise mais pas désagréable. Jason assure au chant et rapelle la difficulté actuelle des Mets à retrouver des backing voices potables, entre un Kirk Hammett qui chante comme une casserolle et Trujillo qui manque de constance. Au final il ne restera pas grand chose de la prestation de Newtsted si ce n’est le fait d’avoir vu en vrai le type qui fait les choeurs sur le Black Album.

Le show de Gojira est attendu : ça fait 5 ans que le groupe n’a pas foulé les terres clissonaises, leur dernièr album a été acclamé par la critique, et surtout tout le monde s’accorde a dire que le groupe a bossé sur ses performances live. Les titres s’enchainent, venant des 3 dernier albums, la foule est en délire, Duplantier prend manifestement un pied monumental. L’alchimie est donc bien présente. Pourtant quelque chose me dérange, et je fini par moins prendre de plaisir que lors des écoutes domestiques (fréquentes) de la disco du groupe. La musique de Goijra à besoin des passages plus calmes des albums pour donner de la respiration a sa violence et son impact. Sans cette respiration la musique devient mécanique, systémique, et répétitive. Au final je ne suis que moyenement  content de ce concert, mais la foule ne seble pas de mon avis.

On enchaine immédiatement avec Symphony X. Là encore c’est un groupe qui occupe une place a part pour moi. J’ai passé des heures à écouter ce groupe, à en saisir la complexité mélodique et rythmique. Et surtout le guitariste du groupe, Michael Roméo est un Dieu vivant de la guitare, repoussant sans cesse les limites de ce qu’il est possible d’exécuter sur cet instrument. C’est pour moi le meilleur guitariste du monde, avec une main gauche à faire mourir n’importe qui. J’ai passé des heures à bosser ses plans, au ralenti, sans parvenir à les faire sonner. Aux cotés de cette légende, Russel Allen assure le chant et le show, et il est impecable sur les deux plans. Sa voix est parfaite, juste et énergique et il est extrèmement communicatif. La setlist est centré sur Iconoclast, Paradise Lost et The Divine Wings of Tragedy. On ne s’ennuie pas une seule seconde, et à chaque solo je retiens mon souffle, le regard rivé sur les petits doigts boudinés de Roméo, essayant de comprendre comment il fait. Non seulement il passe des plans impossible mais il les faits sans même regarder son manche, a deux doigts d’aller blaguer avec Russell Allen. Ce mec est un extraterrestre. J’ai malgré tout relevé deux pains, forcément inévitables quand on aligne les notes à cette vitesse, et qui prouvent que malgré tout il est humain. Le reste est tout aussi bon, quand on aime cette musique on ne peut qu’aimer son rendu live. Sans doute le meilleur concert du fest. Pressé de les revoir.

Pas le temps pour se remettre de ses émotions, Stone Sour joue à coté. Sans être de très haut niveau la musique du groupe est tout sauf désagréable. Et surtout ce qui rend indispensable le fait d’assister a ce concert c’est la présence de Corey Taylor, chanteur de Stone Sour, et acséssoirement chanteur de Slipknot. Corey est un monstre de scène, un charisme indescriptible, une relation unique avec le public. Et en plus de ça Corey chante divinement bien, meme si sa voix saturée semble un peu fatiguée par ses concerts avec Slipknot. Par contre coté voix claire, tout est a sa place, il nous gratifiera meme du seul moment “mec seul qui chante une balade avec sa guitare” du fest sur un Brother, puis un Through the glass qui m’a serieusement filé la chair de poule. Le reste du groupe n’est pas en reste mais il est difficile d’exister aux cotés d’un type pareil.

Dans deux concerts le fest sera terminé, c’est la dure réalité, il faut profiter de chaque seconde. Sous une Temple comble Cradle of Filth délivre son black métal symphonique, reconaissable entre mille. Du moins en théorie. Ce qui a été reconaissable ce sont les cris suraigus de Dani Filth, qui vrillent séverement les typans malgré les protections auditives. Le plus génant c’est pas tant ces cris que leur fréquence, mobres de passages chantés sont troqués contre des cris d’adolésentes. Les morceaux sont dénaturés, surtout que le reste du son ressemble a une épaisse bouillie. Je ne comprendrais jamais le plaisir que semble prendre Dani Filth à détruire ses propres morceaux… Par une heureuse coïncidence la prog de cette dernière heure du fest a été modifiée, Danzig jouant sous la Valley à 21h et Ghost reprenant sa place en tête d’affiche de la Mainstage 2. Je ne connaissais pas Ghost avant le fest, sinon de réputation et je m’attendais à prendre une claque. Mon impression était la bonne, j’ai pris une claque. La musique de Ghost est difficile à décrire, c’est un genre de doom façon messe noire, aux influences évidentes de musique religieuse, assénée par un chanteur au look et a la gestuelle papalle. Autour de ce pape, des musiciens masqués déguisé en moine qui assènnent une musique énergique avec de beaux momment de grace. Phil Anselmo (chanteur de Down, ex chanteur de Pantera) assite au show depuis les coulisse et reprend tout les refrains du groupe. Mais là, le drame. A l’entame d’un morceau plus aucun son ne sort de la sono, seul le bruit du charley, non repris, est audible. Sauf que les musiciens qui jouent avec des intras en guise de retour de se rendent compte de rien avant de longues minutes, malgré les grands gestes de Phil Anselmo. Finalement ils semblent s’apercevoir que quelque chose cloche et quittent la scène jusqu’a la résolution du problème. Cet incident n’aura heuresement pas altéré le grand moment de musique que nous avons vécu.

Conclusion : C’est un peu amer que j’ai quitté Clisson l’année dernière, nostalgique de l’ancienne époque à quatre scènes. Cette nostalgie est oubliée, les tentes sont désormais à la hauteur des groupes qu’elles accueillent, tant du point de vue sonore que de la déco. La multi prog (3groupes jouant en même temps, 16h par jour) permet de se programmer son propre festival, même s’il reste toujours des regrets, pour moi le fait d’avoir loupé Candlemass et Cult Of Luna. Même si les têtes d’affiches ne m’ont pas vendues du rêve, la prog était démentielle et je viens de boucler mon plus gros fest en 5 éditions, avec 26h40 de live. Vivement la prochaine édition

Lexique :

Warzone : c’est la scène Hardcore du fest. Cette année en plein air, avec bar et toilettes attenantes. C’est un fest dans le fest, avec ses codes et son public particulier.

Valley : C’est la scène des groupes de gros rock, de doom de stoner, et des groupes inclassables.

Temple/Altar : Ces deux scènes sont dans une immense tente pouvant accueillir sans doute autour de 10000 personnes. La Temple est dédiée au black et au pagan tandis de l’Altar est la scène du Death.

Mainstages. Ce sont les scènes principales du fest, en plein air évidemment. Elle accueillent les groupes les plus importants et les plus « consensuels » de la prog.

La photo illustrative vient du concert de Ghost. Droits réservés :Pape François ©

décembre 16, 2012
Mon top 10 des CD de l’année

Enslaved - RIITIIR


1 Enslaved, RIITIIR :  Aucune hésitation pour décerner ce  « titre » a Enslaved. Depuis 2004 ce groupe de black métal assume son virage prog qui a permis de rendre plus accessible le son black. Ce disque est pour moi leur meilleur, profond, émouvant, à la violence jamais gratuite. Je ne me lasse pas de cet album qui est, ce qui ne gâche rien, superbement mixé alors que le genre est connu pour ces mixages à la tronçonneuse. Gros coup de cœur de l’année

http://grooveshark.com/#!/album/RIITIIR/8326079

2 Between the buried and me, The Parallax II: Future Sequence (metalcore prog)

4 Gojira, L’enfant sauvage (death metal)

5 Down, Down IV Part I - The Purple EP (Southern metal)

6 Carach Angren, Where the corpse sinks forever (Black metal symphonique)

7 Machine Head, Machine F**king Head Live (live, metal)

8 Devin townsend, Epicloud (metal progressif)

9 Periphery, Periphery II (deathcore progressif)

10 Meshuggah, Koloss (Mathcore)

Mention spéciale : Adrenaline mob

mai 31, 2012
Lettre Ouverte à Guillaume Peltier

Cher Guillaume Peltier,


Vous êtes candidat aux législatives sur la première circonscription d’Indre et Loire, celle où je réside. Vous serez donc député de la nation si les tourangeaux en décident. Le programme que vous portez pour ces élections est celui de l’UMP cependant, considérant le parcours atypique qui fût le votre, j’estime que les tourangeaux méritent que vous les éclaircissiez sur quelques points précis. Je ne vais pas vous accabler en vous demandant votre position sur les projets présidentiels de Jean Marie Le Pen en 1995 et de Bruno Mégret en 2001, vous les avez certes soutenus mais vous n’étiez pas directement responsable de leur contenu. Je me contenterai donc de poser des questions concernant des projets politiques dont vous avez été l’un des auteurs direct : celui de Jeunesse Action Chrétienté, que vous avez fondé en 1998, et celui porté par Philippe de Villiers en 2007, dont vous avez été le bras droit. A ces questions je n’attends pas de réponse toute faite par l’UMP, je vous demande votre position personnelle, puisque c’est en votre nom que vous serez amené à vous prononcer sur les projets de lois si les tourangeaux vous en donnent mandat. J’ai cependant le regret de vous annoncer que quelles que soient vos réponses à ces questions, je ne voterai pas pour vous.  Mais je ne suis pas égoïste et c’est pour cela que je vous demande d’éclaircir vos électeurs.


En 2007 vous avez publiquement regretté l’introduction de la proscription de la peine de mort dans la constitution la jugeant « inacceptable ». Cette constitutionnalisation fut à l’initiative de votre actuel mouvement politique. Avec Philippe de Villiers vous avez défendu une proposition de référendum visant à rétablir la peine capitale. Êtes-vous toujours favorable à un référendum sur ce sujet ? A titre personnel, seriez-vous favorable au rétablissement de la peine de mort ?


Lors de la campagne de Philippe de Villers vous vous êtes fait l’avocat d’une certaine vision de la laïcité, campagne durant laquelle vous avez déclaré que M Sarkozy était un « communautariste ». L’une des propositions que vous portiez était l’interdiction du port du voile (foulard islamique) dans l’ensemble de l’espace public. Êtes-vous toujours favorable l’interdiction du port du voile dans l’ensemble de l’espace public ?


En 1998 vous avez fondé Jeunesse Action Chrétienté, dont l’un des objectifs premiers était de lutter contre le PaCS. Par ailleurs je vous signale que le PaCS à été consolidé en 2006, par la même majorité dont vous souhaitez faire partie. Êtes-vous toujours contre le PaCS et plus largement contre toute forme d’union légale ouverte aux couples de même sexe ?


Toujours avec Jeunesse Action Chrétienté vous avez ouvertement lutté contre l’Interruption Volontaire de Grossesse. Êtes-vous favorable à l’abrogation de la loi Veil ? Considérez vous qu’il existe des situations où l’avortement ne devrait pas être remboursé ?


Dans le programme présidentiel de Philippe de Villers vos propositions éducatives visaient à revenir à une école présoixante-huitarde. Êtes-vous favorable au retour de l’uniforme à l’école tel que vous l’avez défendu en 2007.

Avec Philippe de Villiers vous avez défendu la préférence nationale, concept qui commence à plaire à une partie de votre famille politique comme l’ont montré les récentes déclarations de Brigitte Barèges. Êtes-vous toujours favorable à la pratique de la préférence nationale ?

Enfin sur l’immigration êtes vous toujours favorable à ces mesures que vous avez défendu auprès de Philippe de Villiers. Pensez-vous qu’il faut supprimer la double nationalité ?  Défendez-vous l’immigration zéro ? Voulez vous encore abroger le regroupement familial ?

Dans l’attente d’une réponse.

Fitz



mai 14, 2012
Peltier et les sondages : Une relation compliquée

Guillaume Peltier est décidément un homme très complexe. Déjà que son parcours politique est inconstant (Le Pen puis Mégret puis De Villers puis Sarkozy) il se trouve qu’il entretient une relation assez ambiguë avec l’un des thermomètres instantanés de la politique moderne : le sondage. En 2007 Guillaume Peltier est le bras droit de De Villiers et écume les plateaux TV en expliquant que son mentor d’alors allait être LA grande surprise de l’élection, et que les sondages qui le donnaient à 2% se trompaient lourdement. Il a fait 2,23%. En 2008, visiblement insatisfait de son emploi de professeur d’histoire géographie, il monte une société : La Lettre de l’opinion, un magazine d’analyse de sondages et d’études d’opinion. Ce revirement lui permet même de devenir le « Monsieur sondages » de l’UMP, ou plutôt l’un d’entre eux tant ils se bousculent au portillon (Buisson, Giacometti et d’autres). C’est donc en tant qu’expert des sondages que Guillaume Peltier, en janvier 2012, est nommé secrétaire national de l’UMP chargé des études d’opinion et des sondages, la présidentielle en ligne de mire. Durant la campagne Peltier a rivalisé d’imagination pour nous expliquer que Nicolas Sarkozy était assuré d’une victoire triomphante, malgré ce qu’affirmait la pensée unique des instituts de sondages tout en justifiant la passion immodérée de l’élysée pour la commande d’études d’opinions en disant qu’ils sont « une sorte de démocratie participative en temps réel ». La présidentielle à peine terminé que son échec semble digéré et qu’il s’empresse de publier une tribune dans le Huffington Post expliquant que, selon les sondages, François Hollande n’est pas désiré et que la droite peut obtenir une majorité à l’assemblée nationale aux législatives. 

J’ai une théorie pour expliquer ce revirement permanent : Peltier est expert en sondages qui l’arrangent et maitre en contestation de ceux qui le dérangent.

mai 1, 2012
Riposte Party Tourangelle

A l’occasion du grand débat de l’entre deux tours, une riposte party sera organisée à la fédération PS au 20 rue Gambetta à Tours, pour soutenir la candidature de François Hollande sur le web, les blogs et les réseaux sociaux, en particulier sur twitter. Pour les néophytes une formation à cet outil pourra avoir lieu juste avant le débat. La formation commencera dès 19h30, la riposte débutera dès 20h15. Pensez à apporter votre smartphone, ordinateur ou tablette ainsi que de quoi boire et manger le cas échéant. Si vous êtes intéressés pour participer à cet évènement faites le moi savoir en envoyant un mail à Fitz5 [@] hotmail [point] fr et en précisant votre identifiant twitter, une confirmation vous sera envoyée.

avril 20, 2012

Un dernier message avant la trêve :

Le changement, ça commence dimanche

avril 18, 2012
Le changement, ça commence dimanche

  Ça y est après plus d’un an de campagne pour mon candidat, les Français sont appelés aux urnes pour élire leur futur président, celui qui va fixer le cap vers lequel la nation doit aller, celui qui portera la voix de la France dans le monde. Je ne sais pas quels seront les résultats des urnes et mon violent éveil à la politique il y a dix ans tout juste me rendra toujours méfiant des prédictions scientifiques du comportement électoral des français. Rien n’est fait tant que les Français n’ont pas rendu leur verdict. Qui sait quel facteur peut venir déjouer les prédictions : la météo, les vacances, les soldes dominicales à Jardiland ou que sais je encore.       

   Je n’ai pas pour habitude de cibler nommément un institut de sondage, tous ont leurs méthodes et je n’ai pas d’élément permettant de leur donner une attache partisane, mais j’attire votre attention sur les derniers sondages CSA pour BFM TV qui a certainement donné le sourire à beaucoup d’entre nous. Ce sondage, place nettement en tête François Hollande au premier tour, et lui donne une avance qui me semble délirante au second tour. Je sais que le rejet légitime du président sortant est fort, mais je sais aussi que près d’un tiers des sympathisants de gauche déclaraient de pas avoir l’intention de se rendre aux urnes. Comme disait Mitterrand : « La France est un pays de droite qui vote de temps en temps à gauche », les électeurs de gauche étant démobilisés je ne vois pas comment un score tel que celui affirmé hier par CSA peut paraître envisageable. Je me souviens également que CSA avait fait un coup d’éclat il y a un mois en donnant à François Hollande le score le plus faible au second tour depuis plus d’un an (53%) et proclamait une dynamique de la campagne de Sarkozy que tous les sondages ont démentis depuis. Nous sommes là face à un sondage qui endort.  

   Le premier tour de cette élection va être décisif, tout d’abord parce que la mobilisation d’un pays pour se prononcer sur 10 candidats donne un élan que nul sondage ne saurait attribuer. Mais surtout c’est le score qui va être fait par le candidat de la gauche qui va lui permettre d’avoir la légitimité de conduire le rassemblement vers la victoire. On voit bien les manœuvres du camp adverse pour diviser la gauche. Certes l’Histoire a montré que l’ordre d’arrivée au 1er tour n’était pas décisif pour mener à la victoire. Mais dans ce 1er tour chaque voix qui ira à François Hollande lui donnera de la légitimé dans le combat contre la droite. Chaque voix qui ira à François Hollande lui permettra de réussir le changement. Parce que ce changement est attendu par beaucoup, même par ceux qui ne se rendront pas aux urnes dimanche. Le changement est attendu même au delà de nos frontières.  

   Le 1er tour doit donner les moyens à François Hollande les capacités de mener le combat de la gauche au 2nd tour, le 1er tour doit être l’acte 1 du Changement.

mars 28, 2012
Union pour un Massif Pompage

     

   

    L’UMP prétend être le parti des droits et des devoirs, celui d’Hadopi, de la propriété intellectuelle, celui du mérite individuel, Pourtant une fièvre copiteuse allant à l’encontre de toutes ces postures de principe s’est emparée d’eux. Jugez plutôt :

     Sarkozy a l’intention de publier un livre-programme-bilan-excuses de 16 pages, non seulement il nous avait promis mieux, mais en plus il s’aligne sur le livret programme de François Hollande que nous diffusons massivement depuis plus d’un mois.

     Parmi les quelques propositions faites par le candidat sortant il y en a quelques unes qui nous sont familières : l’imposition des exilés fiscaux : proposée par un amendement socialiste et rejetée par le gouvernement et une banque publique de l’industrie, qui n’est pas sans rappeler la banque publique d’investissement portée par le parti socialiste et notamment par Ségolène Royal depuis plusieurs années.

    Mais c’est sur le terrain numérique que ce pompage en règle devient difficilement supportable. Sur twitter nos adversaires nous ont repris les célebres ripostes party, en faisant débarquer sur twitter par centaines des militants formés en 20 minutes au militantisme numérique, dont le seul but est de faire du tag. Des #Hashtag puisqu’on en parle : nous avons su porter des tags dont toute la gauchosphère s’est emparée, avec un résultat brillant : #UMPanique, #SarkoShow, #Sarkopipo et  #Sarkocasuffit, sont tous entrés au classement des TT monde. L’UMP a donc décidé de lancer le Tag #FranceMolle, au sens politique profond et qui a été un beau bide. Toujours coté riposte des amis sympathisants ont lancé une timeline facebook parodique qui met en lumière tout ce que Sarkozy essaye de faire oublier. Jaloux du succès, mérité, de ce profil parodique les jeunes pop ont eu la brillante idée de lancer une timeline parodique, sobrement intitulée François Mollande, truffée d’attaques au physique et de contre vérités, qui subit l’ignorance de la toile.

Il y a quelques semaines était lancé le site procuration2012, une initiative brillante qui fut révélée au grand public grâce à l’appui d’une vidéo virale reprise par les grands médias. Devinez ce que veut faire l’UMP dans les jours qui viennent… : lancer un site de procuration pour leurs sympathisants !

    C’est le camp socialiste qui a l’initiative dans cette campagne, qui essaye d’innover, de créer, l’UMP reste passive, observant nos méthodes et nos projets pour se les approprier. L’utilisation mécanique de l’imitation ne fait que révéler leur manque d’imagination, d’ambition et leur incapacité à prendre des risques pour aller de l’avant.

PS : Si vous nous pompez Radio Hollande ça va chauffer !

février 23, 2012
Cicéron en campagne pour François Hollande

  

   En -44, Cicéron donne le mode d’emploi d’une bonne gouvernance avec de fortes résonances contemporaines. Conseillons à Nicolas Sarkozy de se pencher dessus quand il aura fini La princesse de Clèves

De officiis, Cicéron, I, 85-87

    D’une manière générale, ceux qui sont appelés à diriger la république doivent garder à l’esprit les deux préceptes de Platon.  Le premier leur prescrit de veillerà ce qui est utile aux citoyens, de telle sorte que dans tous les actes qu’ils accomplissent, ils s’y référent tout en oubliant leur intérêt  propre, l’autre leur dicte de prendre soin du corps de la république dans sa totalité, pour éviter, qu’en s’occupant d’une de ses parties, ils ne délaissent les autres.Il en va de même pour l’administration de la république, qui doit être gérée de ceux qui l’utilisent dans l’intérêt des administrés, et non de ceux, qui la gèrent. Ceux qui s’occupent d’une catégorie de citoyens, tout en négligeant les autres classes, introduisent dans la cité une chose extrêmement funeste : la séditionet la discorde ; cela produit que les uns apparaissent favorables au peuple, et que d’autres, en faveur des intérêtsde l’aristocratie, apparaissentavoir  bien peud'intérêt pour la totalité des citoyens. De là proviennent  chez les Athéniens de grandes discordes, et dans notre république non seulement des séditions, mais aussi des guerres civiles meurtrières ; un citoyen conscient de sa charge, courageux et occupant le premier rang dans la république, les fuira, les haïra et se donnera tout entier à la République.Il ne voudra ni la richesse ni la puissanceet veillera sur elle dans sa totalité, pour s’occuper de tous, mais n’incitera personnepar de fausses accusations à la haine ou à la jalousie ; au contraire, il s’attachera en toute chose  la justice et à la droiture, au point même de déplaire.Il est vrai qu’on puisse durement préféreraller au devant de la mort plutôt que de négliger les points, dont j’ai parlé. Tout à fait misérables sont généralement l’ambitiondes honneurs et la rivalité, à propos desquelles le grand Platon dit « ceux qui  rivalisent entre eux,pour gérer la république, agissent comme des matelots qui se disputeraient  à qui sera celui quitiendra le gouvernail ».

Merci à ma fiancée pour sa traduction personnelle

Mes coups de cœur Tumblr: Plus de coups de cœur... »